Defining organizational social and environmental responsibility : Case study of the world bank environmental and social framework consultation - Dauphine Recherches en Management Access content directly
Theses Year : 2023

Defining organizational social and environmental responsibility : Case study of the world bank environmental and social framework consultation

Définir la responsabilité environnementale et sociale organisationnelle : Le cas de la consultation du cadre environnemental et social de la banque mondiale

Alice Schoonejans
  • Function : Author
  • PersonId : 1389257
  • IdRef : 278544754

Abstract

This study explores how organizational social and environmental responsibility (OSER) is defined in the face of global challenges and increasingly complex and raveled organizational settings. Pointing to a conceptual gap on OSER theorizing in corporate social responsibility (CSR), this study uses Ricoeur’s reflection on responsibility (1994) to unfold the complexities and challenges associated to OSER definition. While this topic has been traditionally analyzed under the lens of philosophy and law, this study builds on the political corporate social responsibility (PCSR) literature, in particular Schrempf (2012) using Young (2006), in order to characterize responsibility as an ever-negotiated construct. Drawing from the work of Ricoeur (1994), Young (2006) and Neuhäuser (2014), this study further develops a responsibility definitional framework designed to support an analysis of OSER from a social science standpoint, using a set of questions on responsibility : who is responsible ? To whom ? For what ? On the basis of which standards ? What is the connection to the impact ? This study uses the case of the world bank’s clarification of its responsibility in the context of the environmental and social framework (ESF) negotiation. The ESF negotiation was the object of the widest consultation ever conducted at the World Bank, involving a wide range of different stakeholders between 2012 and 2018 and archived online in the public domain. In order to characterize the organizational context of this consultation, this study uses meta-organization theory (MOT, Ahrne et al, 2016), showing the value of defining the world bank as an organization which members are also organizations.The result comprises three dimensions: (i) contextual, (ii) processual and (iii) substantive : Responsibility negotiations are embedded in an organizational context which shape and is shaped by the way OSER is defined. OSER definition at the world bank is informed by different organizational pressures : the banking pressure, the meta-organizational pressure and pressures linked to the world bank’s competitive environment. Great debates between the ESF stakeholders along the definitional questions of OSER, can be summarized by two emerging non-exclusive responsibility OSER models : responsibility as ensuring compliance, responsibility as building capacity and ownership. A substantive analysis of the resulting framework points to the enhanced flexibility provided by the framework, which can be interpreted both as good practice or delay (and individualization) of organizational decision-making on OSER in the context of heightened organizational pressures. Through case study, this study contributes to CSR, PCSR and MOT debates on OSER definition. First, the results complexify our understanding of OSER definition, by nuancing the way diverse stakeholders may be opposed or allied on the topic and showing how both arguments and power dynamics are raveled in this context. I also show the ESF negotiation is just one type of OSER negotiation situation, thus opening the floor for future studies on the topic. Second, this study contributes to further defining core definitional debates on OSER responsibility, showing the underlying organizational mechanism for relatively (un)defined OSER, and the resulting resurgence of the individual in OSER decision-making. Third, this study responds to the CSR call to further analyze state responsibility, including by taking into account the distinction between developed and emerging economies. Finally, this study overall further develops OSER theorizing in the social sciences, building on and breaking from traditional philosophical and legal lens on responsibility definition.
Cette thèse explore la manière dont la responsabilité environnementale et sociale prganisationnelle (RESO) est définie face aux défis mondiaux et aux caractéristiques organisationnelles de plus en plus complexes et enchevêtrés. Cette étude utilise la réflexion de Ricoeur (1994) pour analyser les complexités associés à la définition de la RESO. Alors que ce sujet a traditionnellement été traité sous l'angle de la philosophie et du droit, cette étude s'appuie sur la littérature sur la responsabilité sociale des entreprises politiques, en particulier Schrempf (2012) utilisant Young (2006), afin de caractériser la responsabilité comme une construction toujours négociée. S'inspirant des travaux de Ricoeur (1994), Young (2006) et Neuhäuser (2014), cette étude développe davantage un cadre de définition de la responsabilité conçu pour soutenir une analyse de la RESO d'un point de vue des sciences sociales, en utilisant un ensemble de questions sur la responsabilité : qui est responsable ? Envers qui ? Pour quoi ? Sur la base de quelles normes ? Quel est le lien avec l'impact ? Cette étude utilise le cas de la clarification de la responsabilité de la banque mondiale dans le contexte de la négociation du cadre environnemental et social (CES), qui a fait l'objet de la consultation la plus étendue jamais réalisée à la banque mondiale. Afin de caractériser le contexte organisationnel de cette consultation, cette étude utilise la théorie de la méta-organisation (MOT, Ahrne et al., 2016), montrant l’intérêt de définir la banque mondiale comme une organisation dont les membres sont également des organisations. Le résultat comprend trois dimensions : (i) contextuelle, (ii) procédurale et (iii) substantielle : Les négociations de responsabilité sont ancrées dans un contexte organisationnel. La définition de la RESO à la banque mondiale est influencée par et influence différentes pressions organisationnelles : la pression bancaire, la pression méta-organisationnelle et les pressions liées à l'environnement concurrentiel de la banque mondiale. Les grands débats entre les parties prenantes du CES sur les questions de définition de la RESO peuvent être résumés par deux modèles émergents de la RESO responsabilité non exclusifs : la responsabilité en tant qu'assurance de la conformité, la responsabilité en tant que construction de la capacité et de la propriété. Une analyse substantielle du cadre résultant pointe vers la flexibilité accrue offerte par le cadre, qui peut être interprétée à la fois comme une bonne pratique ou comme une façon de retarder (et d'individualiser) la prise de décision organisationnelle sur la RESO dans un contexte de pressions organisationnelles accrues. À travers cette étude de cas, cette thèse contribue aux débats sur la RSE, la RSE politique et MOT sur la définition de la RESO. Premièrement, cette étude complexifie notre compréhension de la définition de la RESO, en nuançant la manière dont diverses parties prenantes peuvent être opposées ou alliées sur le sujet et en montrant comment les arguments et les dynamiques de pouvoir sont imbriqués dans ce contexte. Elle montre également que la négociation du CES n'est qu'un type de situation de négociation de la RESO, ouvrant ainsi la voie à de futures études sur le sujet. Deuxièmement, cette étude contribue à définir davantage les débats fondamentaux sur la RESO, en montrant le mécanisme organisationnel sous-jacent pour une RESO relativement (non) définie, et la résurgence résultante de l'individu dans la prise de décision en matière de RESO. Troisièmement, cette étude répond à l'appel de la RSE pour analyser davantage la responsabilité de l'État, en prenant en compte la distinction entre les économies développées et émergentes. Enfin, cette étude développe davantage la théorisation de la RESO dans les sciences sociales, en s'appuyant sur et en se détachant des prismes philosophiques et juridiques traditionnels de la définition de la responsabilité.
Fichier principal
Vignette du fichier
2023UPSLD054.pdf (20.84 Mo) Télécharger le fichier
Origin Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-04601200 , version 1 (04-06-2024)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04601200 , version 1

Cite

Alice Schoonejans. Defining organizational social and environmental responsibility : Case study of the world bank environmental and social framework consultation. Business administration. Université Paris sciences et lettres, 2023. English. ⟨NNT : 2023UPSLD054⟩. ⟨tel-04601200⟩
57 View
7 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More